Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz

Le Logos est fait chair

Prédications





Le temps qui nous mange ou le kaïros de Dieu.  Jonas 3/1-10   1 Cor 7/29/31   Marc 1/14-20

Après que Jean ait été livré, Jésus proclamait l'Évangile de Dieu et disait le temps est accompli, le règne de Dieu s'est approché.
La traduction française donne l'impression que Jésus annonce la fin du monde. La traduction est trompeuse. Car le terme utilisé en grec n'est pas celui qui désigne notre temps qui s'écoule, et qui est nommé chronos. Le temps annoncé par Jésus n'est pas le rappel de chronos, ce dieu qui mangea ses enfants, cette divinisation mythologique du temps, ce grand dévoreur d'hommes, ce temps qui nous mange, qui marque le début et la fin de toute chose. Le mot employé par Jésus n'est pas ce mot chronos, c'est un autre terme, c'est kaïros. Kaïros correspond à une autre approche du temps ; kaïros c'est le moment qui advient, c'est le moment que l'on attend depuis longtemps, c'est, dans la bible, le temps de Dieu par excellence. C'est l'occasion qui arrive, un temps nouveau. Oui il faut, pour comprendre ce message de l'Évangile, revenir à cette différence de notion du temps. Jésus n'annonce pas la fin du monde, il annonce l'avènement d'un temps nouveau, celui du règne de Dieu, qui s'est fait proche, palpable, qui est à porté de main.

" Convertissez-vous, croyez à l'Évangile. "
Il est extrêmement difficile pour les hommes de concevoir, de comprendre ce temps nouveau. C'est un peu ce qu'essaye d'expliquer Paul dans l'épître aux Corinthiens. Il nous faut vivre ce temps nouveau tout en continuant à vivre dans le monde, tout en continuant à vivre le mariage, à vivre l'économie, à vivre les relations avec les autres. Mais en vivant tout cela comme si nous n'étions plus dans la même logique, cette logique du temps qui s'écoule de la naissance à la mort. Nous sommes dans une autre logique.

C'est ce que n'a pas compris Jonas. Jonas, c'est un petit livre prophétique assez amusant. On pourrait presque dire que c'est une histoire drôle. Vous connaissez tous l'histoire de cet homme appelé par Dieu pour aller à Ninive, la grande ville, la capitale ennemie devrait-on dire, pour y annoncer le châtiment de Dieu. Et cet homme n'a de cesse que de fuir cet appel de Dieu, à tel point qu'il se défilera en prenant la mer et qu'il sera englouti dans la tempête, avalé par le poisson. Vaincu, il ira à Ninive pour proclamer la parole de Dieu. Le texte nous laisse entendre qu'il parcourt cette ville immense le plus rapidement possible, tant il a peur peur des conséquences de la parole qu'il va prononcer. Comment, lui, un israélite peut-il proclamer une chose aussi terrible pour Ninive ? Il marche donc dans la ville, ou plutôt il court, proclamant la parole de Dieu. Et voilà que cette parole de Dieu a un effet qu'il n'attend pas. Les gens de Ninive croient en cette parole, ils se convertissent, ils publient un jeûne, ils portent tous les signes du deuil et se tournent vers Dieu.
Cela déjà est extraordinaire pour Jonas. Comment ces païens peuvent-il se convertir ?

Et voilà que Dieu change d'avis, la destruction n'aura pas lieu.

Pour Jonas, quand Dieu décide la destruction du méchant, décide enfin d'agir contre ceux qui font le mal, alors il faut attendre la destruction et se réjouir de cette destruction, elle est un exemple pour les ennemis de Dieu. Et voilà que Dieu est capable de se convertir, que Dieu se repend du mal qu'il avait projeté de faire, en voyant les Ninivites se tourner vers lui dans le deuil et faire pénitence. Et voilà que contre toute attente le mal ne vient pas. Jonas n'a pas compris que son parcours à Ninive était le temps de Dieu, l'avènement de Dieu. Et que cet avènement n'était pas un avènement pour la destruction ; il était un avènement au contraire pour la vie. Peut-être Jonas s'imaginait-il qu'après la destruction de Ninive un monde nouveau allait venir.
Pour Dieu, le monde nouveau est advenu dans Ninive par la conversion de ses habitants, par leur repentance, par le fait qu'ils se soient tournés vers Dieu et qu'ils aient décidé de changer de vie, d'abandonner les actes de violence et d'injustice.

C'est sans doute à cela que nous appelle aussi Paul, à cela qu'il appelle les Corinthiens. Il les appelle à vivre un temps nouveau, un temps qui n'est plus celui du monde, qui n'est plus celui des conflits, celui de chronos qui nous mange, plus le temps qui conduit à la destruction. Il nous appelle à un autre temps, le temps de Dieu. Ce temps où les relations humaines ne sont plus fondées sur ce qui les fonde d'habitude, elles ne sont plus construites sur la volonté perpétuelle de domination, ni sur le conflit qui en découle. Il nous invite à vivre le temps de Dieu qui est un temps différent, un temps de salut, un temps de vie, un temps de construction.

Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l'Évangile de Dieu. Il annonce un temps nouveau. Il annonce ce royaume de Dieu. Un royaume qui contrairement à ce que nous nous imaginons trop souvent, ne viendra pas après la destruction d'un monde. C'est un royaume qui comme une graine plantée, va germer, va grandir, va transformer le monde dans lequel nous vivons. Cette transformation, à l'image de Ninive, se fera par la conversion de ceux qui entendront la parole de Dieu. Ce monde nouveau sera construit par celles et ceux qui accepterons de vivre selon d'autres critères, selon d'autres règles. Et Jésus appelle, ses disciples à sa suite afin qu'ils l'accompagnent et qu'ils soient eux aussi porteurs de cette bonne nouvelle.
Aujourd'hui encore, les Évangiles nous annoncent que le kaïros de Dieu est là, que le royaume s'est approché, qu'il est à portée de main, qu'il nous suffit de saisir l'occasion et de pousser la porte pour y entrer et pour en vivre. Il nous suffit de nous tourner vers la parole de Dieu et de nous en nourrir afin de vivre un monde nouveau, un monde qui est le royaume de Dieu, ferment de vie dans le monde des hommes.
Amen
Jacques Morel Prédications Prédications 2009
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr