Paroisse Réformée de
Hagondange - Maizières-lès-Metz



À lire sur la toile




  • Résumé d'une Table Ronde (Oratoire du Louvre) sur la diversité dans le protestantisme.

  •  Alliances, guerres et sacrifices scandaleux, cours de Thomas Römer au Collège de France : Une enquête passionnnante sur Genèse 15

  •  Alliances, guerres et sacrifices scandaleux, cours de Thomas Römer au Collège de France : Enquête sur Genèse 17 et sur Genèse 19

  •  La construction d'un ancêtre, cours de Thomas Römer au Collège de France

  • André Gounelle : L'esprit du protestantisme
    Cet ensemble d'exposés (documents Pdf) rend compte des interventions de André Gounelle durant les quelques week-ends bibliques qu'il a animés au sein de la Communauté de Pomeyrol. De nombreux points au sujet de la foi et de l'Église sont abordés et expliqués de façon rigoureuse et extrêmement claire selon différents aspects (historique, social, ecclésial...). Les tours d'horizon pilotés par André Gounelle sont passionnants et nourrissants, jamais le théologien ne tombe dans la simplification. Bien au contraire, tout en restant accessible il montre la complexité des choses et souligne combien les diversités de points de vue sont sources d'enrichissements et de progressions respectives parce que les proximités et les différences permettent le débat.
    Après avoir démontré qu'il existe plusieurs Réformes et plusieurs protestantismes avec bien des points communs et aussi des différences considérables, A. Gounelle montre que les radicaux, les luthériens et les réformés ne lisent pas la Bible de la même façon ni ne la considèrent de la même manière.
    Puis il analyse et éclaire des notions qui sont intimement liées, comme les différentes facettes d'un même thème : la foi, la grâce, le salut...

  • L'avenir de Dieu, une conférence de André Gounelle donnée dans la paroisse Saint-Guillaume à Strasbourg
    André Gounelle traite de cette question en proposant trois pistes qu'il fait se rejoindre dans sa réflexion : l'avenir de l'être même de Dieu (Dieu change-t-il ?), l'avenir que Dieu nous ouvre et auquel il nous invite (quelle place pour l'espérance ?), et l'avenir de la croyance en Dieu parmi les humains (la foi en Dieu, va-t-elle se perdre ou subsister ?)
    Il entrecroise et tisse donc ces trois pistes autour de deux interrogations :

    • Qu'en est-il de l'affirmation de Dieu et comment réagir devant le recul du religieux de l'Europe occidentale ? Face à ce problème, les Églises chrétiennes peuvent maintenir à tout prix ce qui existe car elles n'ont pas à tenir compte du monde qui change ; ou elles peuvent rénover en cherchant à penser et à vivre Dieu autrement ; on peut aussi abandonner radicalement la croyance en Dieu tout en conservant un fort attachement aux valeurs évangéliques (christianisme athée) ; ou encore, changer de religion, en particulier se tourner vers le bouddhisme et l'hindouisme.


    • Quel rôle l'avenir joue-t-il sur notre religion ou notre spiritualité ? En ce qui concerne l'avenir de la doctrine de Dieu, on peut affirmer que les doctrines ne sont pas immuables. Pour rénover le christianisme elles doivent être reformulées et repensées car sans mépriser leur passé, elles ont aussi un avenir puisqu'elles parlent du Dieu vivant.
      Du point de vue de l'avenir du sens du sacré, ne nos jours il semble que c'est à travers l'art que la préoccupation du sacré travaille le plus fortement les gens et c'est donc dans ce domaine que le "sentiment de Dieu" a un avenir. Les théologiens et les pasteurs doivent lui prêter la plus grande attention.
      Enfin, la place et la fonction de l'avenir dans la foi et la vie chrétiennes sont à envisager du point de vue de "ce qui donne sens" à l'existence, sens étant à comprendre dans le sens de direction, trajet plutôt que destination.

  • L'Ecclésiaste-Qohêlet, penseur moderne. Avec son esprit si particulièrement libre et critique qui décape le dogme, comment se serait épanouie la pensée de Qohêlet à notre époque, et notamment comment Qohêlet aurait-il parlé de Jésus Christ ? Gilles Castelnau, tout en re- lisant très attentivement des passages de ce livre biblique et en les replaçant dans leur contexte historique, nous montre de manière intéressante que ce penseur si moderne a encore des choses à nous dire aujourd'hui.

  • Thomas Römer : la lecture historique de la bible
    "Je pense que la foi doit se confronter à l'intelligence. Elle n'est pas opposée à l'intelligence. Elle n'est pas quelque chose de statique que l'on possède une fois pour toutes. Elle est une quête qui peut connaître des crises, qui peut connaître aussi des joies, des nouvelles découvertes. Si on peut lire la Bible d'une manière historique et intelligente, cela ne porte pas, à mon avis, atteinte à la foi."
    Telle est la conclusion de cette très intéressante interview de Thomas Römer (menée par G. Castelnau), montrant qu'il nous faut nous intéresser à la dimension historique et humaine des textes bibliques pour comprendre de quoi ils veulent nous parler, et de quoi ils peuvent nous parler encore aujourd'hui.

  • Conférence-débat à l'Oratoire du Louvre sur la crise économique

  • Thomas Römer : leçon inaugurale " Milieux bibliques " (Collège de France)

  • La Vie Éternelle : comment y croire ?
    Cette vidéo présente une table ronde animée par Laurent Gagnebin dans le cadre de la Journée Évangile et Liberté du 16 mars 2008. Cinq interventions passionnantes :
    • Le philosophe Philippe Gaudin montre comment la mort est au cœur de notre vie et comment l'humain cherche à dépasser la vie comme donnée biologique. Travaillant sur trois approches différentes de la mort qu'il rattache à des manières particulières de désirer la vie éternelle et aussi à trois façons d'appréhender la notion du temps, il montre qu'au cœur de la vie il existe quelque chose d'autre que le simple désir de vivre. Dans les Écritures, deux attitudes sont présentes : vivre en acceptant la mort car elle est naturelle à l'humain ("arrêtez de vous en faire!") ou vivre en se battant contre la mort et en espérant un au-delà de la mort (cette attitude-là domine dans les Évangiles).

    • La pasteure Christine Durant-Leis choisit d'éclairer (et d'une façon passionnante) l'expression "Vie Éternelle" en retournant aux sources grâce à une petite incursion dans les langues bibliques. Comment, dans l'Ancien et le Nouveau testament, ces deux mots fonctionnent-ils ? Elle montre que la vie correspond plutôt à une notion qualitative dont la dimension relationnelle est essentielle : en Jésus Christ qui se désigne lui-même comme étant "vie éternelle", la vie n'est plus quelque chose à considérer, elle est quelqu'un à rencontrer qui n'est pas moi. Alors, la vie devient relation et c'est peut-être là une forme d'infini...

    • Le pasteur Vincent Hubac développe ce que la mort a d'intéressant : la conscience de la mort est le moteur de la vie, elle nous mobilise, nous pousse à opérer des choix et à réaliser le deuil de tout ce qu'on ne peut pas faire. Mort et temps sont liés et s'inscrivent dans une réalité qui est plus grande, celle de l'Éternité. L'Éternité est de l'ordre de la plénitude, c'est ce qui est ineffaçable, ce qui ressuscite nos actes de vie. C'est la visite du ciel sur la terre, du divin dans l'humain, du kaïros dans le chronos. L'Éternité se rencontre dans l'acte du baptême (le nom de la personne est prononcée dans l'Éternité car il est mis en relation avec Dieu). Il est aussi dans la résurrection du Christ et dans toute résurrection, quand quelque chose d'éternel nous pousse et nous remonte à la vie. L'Évangile aussi est de l'ordre de l'Éternité car toute personne peut se saisir de cette parole de vie, en tout lieu et en tout temps.

    • Pour Raphaël Picon, professeur de théologie pratique, il faut penser la vie d'avant la mort. Les notions théologiques qui traditionnellement étaient rattachées à l'au-delà doivent plutôt être reliées à l'ici et maintenant de la vie présente. Il faut que le christianisme soit au service d'une vie plus forte que tout ce qui la vide de sens, l'aliène ou la brise, car le Dieu de la Vie Éternelle est un Dieu en lutte permanente pour rendre la vie réellement possible et harmonieuse dans un monde plus juste. Christ nous raconte un Dieu de la créativité et du renouvellement.

    • Croire en la Vie Éternelle, c'est croire en une vie en Dieu, c'est croire que ce que nous sommes et ce que nous avons été ne se perdra jamais en Dieu, c'est penser aussi que tout ce qui nous affecte nous les humains, affecte le divin. Et c'est comme une résistance à l'oubli et à l'insignifiance.

    • Selon le pasteur Marc Pernot il est plausible de croire en une vie après la mort car l'infini valeur de l'humain est d'ordre spirituel, sans rapport fondamental avec le matériel. Et les liens d'amour que nous avons tissés avec les autres sont éternels, gardés par Dieu pour l'Éternité. Mais tout en la reconnaissant plausible, il faut s'empresser d'oublier cette hypothèse d'une vie après la mort, c'est la seule façon de vivre en plénitude ici-bas. Car l'enjeu c'est bien cela : vivre la Vie Éternelle maintenant, être vivant avant notre mort, se désintéresser de la vie de l'au-delà et se laisser ressusciter par Dieu, aujourd'hui. Cette résurrection vue comme comme qualité extraordinaire de vie n'est pas obtenue par notre intelligence, c'est un don de Dieu.


  • Dans sa rubrique Images et Spiritualité, Gilles Castelnau nous invite à parcourir le monde des artistes. Tantôt il oriente notre attention vers une œuvre ou une exposition d'art particulière, tantôt il montre les diverses représentations que des artistes ont données d'un même personnage (par ex Marie-Madeleine) à divers moments. Ou il rattache les œuvres d'art aux visions du monde et de l'humain de l'époque, à sa philosophie, à ses réalités sociales ou aux types de spiritualités que l'époque avait développés.
    Finalement à chaque fois, nous pouvons nous-mêmes nous laisser interroger sur le regard que nous portons personnellement sur le monde.

  • Conférence sur le protestantisme Le site parisien de l'Église réformée de l'étoile propose d'écouter en mp3 une conférence animée par Louis Pernot et Alain Houziaux : "Qu'est-ce-que le protestantisme ?". Y sont largement développés les thèmes de la grâce, la lecture de la bible, la diversité des approches protestantes.

  • Huit manières de comprendre Jésus-Christ
    "Que dites-vous de Jésus-Christ ?", telle est la question que Gilles Castelnau, lors d'une émission de Fréquence Protestante, a posé à huit personnalités de théologie et d'origine différentes. Dans le texte final où il lie la gerbe, il relève une grande unité de témoignages malgré d'incontestables différences.

  • Onze réflexions sur la foi chrétienne
    G. Castelnau a interrogé des représentants de différentes tendances du christianisme moderne, en leur demandant quels éléments de leur pensée pouvaient le mieux dire "Voici ma foi". Ces réflexions publiées sur Protestants dans la ville ouvrent pour chacun des pistes de réflexion par leur étonnante diversité.
Copyright © 2007 v.2 - Paroisse Réformée - B.P. 90071 - 57304 HAGONDANGE CEDEX
Téléphone: 03 87 71 41 56 - e-mail: eral.hagondange@wanadoo.fr